Adopter un chien : pensez au galgo, martyr espagnol

  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai besoin par moments, de caresser, d’aimer, de chérir, de m’apitoyer sur une tendresse »

Paul Léautaud

Adopter un chien : pensez au Galgo, martyr espagnol

Adopter un chien dans un refuge ou dans une association est un projet de vie généreux. En effet, de très nombreux toutous attendent d’être accueillis dans un foyer chaleureux. Toutefois, cet acte doit être réfléchi, car c’est un engagement à long terme. Il faut penser budget, disponibilité, ménage, contrainte des vacances et motivations profondes. 

Découvrez dans cet article, un chien qui a vraiment besoin de vous si vous souhaitez adopter. Il s’agit du lévrier galgo, un chien sacrifié en Espagne, un chien merveilleux à aimer, recueilli, sauvé et rapatrié en France par des bénévoles au grand cœur.

Le sort cruel des lévriers galgo en Espagne

Adopter chien : penser au Galgo martyr espagnol

Saviez-vous qu’il existe en Espagne une tradition de chasse ancestrale ? Le chasseur espagnol ou galguero chasse le lièvre sans fusil. En effet, il conditionne et utilise le lévrier galgo pour courser les lièvres.

Choisi pour son extrême rapidité qui laisse peu de chance à une proie, le martyre du galgo commence vers l’âge de 3 ans lorsqu’il n’est plus apte à chasser (ou bien avant si son instinct de chasse n’est pas développé).

Le galguero ne se contente pas de tuer le lévrier devenu inutile… Pour laver son honneur de chasseur éconduit, l’animal connaît les pires supplices :

  • affamé et abandonné dans le meilleur des cas ;
  • brûlé ;
  • pendu ;
  • on lui coupe les membres ;
  • on lui crève les yeux ;
  • traîné accroché à l’arrière d’une voiture ;
  • jeté dans un puits ;
  • les femelles sont des machines à reproduire, enfermées dans des conditions déplorables.

Ces pratiques sont connues et pourtant pratiquées en toute impunité au nom de la tradition. On considère le lévrier comme l’arme du chasseur. Il doit être performant pour rendre hommage à un maître insensible.

Le lévrier gaglo, un amour de chien à adopter !

Adoptez chien : penser au Galgo, martyr espagnol

Sauvés par plusieurs associations en Espagne (dont Lévriers sans frontières), ces malheureux loulous sont remis sur pied (opération, nutrition, test à la leishmaniose, etc.) avec un immense dévouement. De plus, ceux qui ont subi d’importants traumatismes apprennent à faire confiance à l’homme. Chaque jour est une nouvelle victoire. On lit dans leurs yeux toute la souffrance, mais également toute la douceur qui les caractérise. 

En effet, la taille du galgo peut impressionnée (62 à 70 cm au garrot pour le mâle et 60 à 68 cm pour les femelles), mais finalement, ils prennent peu de place, car ils sont très calmes, paisibles, silencieux et d’une gentillesse infinie sans ressentiment pour l’humain. De plus, leur pelage demande peu de soins.

Une adoption encadrée :

Avant d’être proposés à l’adoption, les galgos sont évalués sur différents points soit dans les refuges espagnols, soit dans les familles d’accueil en France et cela dans le but de trouver la famille idéale :

  • leur compatibilité avec les enfants, les chats ou les autres chiens,
  • leur caractère (à l’aise, timide, très apeuré, bien dans ses pattes, etc.) ;
  • instinct de fugue ou pas ;
  • leur état de santé ;

Le profil de l’adoptant :

Un formulaire est à remplir lors de la demande d’adoption, c’est pourquoi on vous guidera dans votre choix selon votre expérience. En effet, pour les chiens les plus timides, on conseille d’avoir déjà des connaissances en matière d’éducation et de comportement canin. 

Dans tous les cas, il faudra se montrer patient, mais ce merveilleux chien vous le rendra au centuple. Et l’équipe de bénévoles sera toujours à votre écoute.

Les démarches pour adopter un lévrier galgo

Si vous avez dans l’idée de franchir le cap de l’adoption et que le sort de ces rescapés vous touche, faites une demande sur le site des  lévriers sans frontières.

Ce qu’il faut savoir :

Les frais d’adoption se situent entre 210 et 280 euros selon l’âge du lévrier. Ils couvrent :

  • le vaccin, la puce électronique, la stérilisation (à part chez les chiots qui sont trop jeunes), 
  • le voyage de l’Espagne à la France ;
  • l’administration de l’antiparasitaire et du vermifuge.
  • le test aux maladies méditerranéennes (leishmaniose).
  • l’inscription à l’I-CAD et l’envoi du passeport européen au domicile de l’adoptant.

Un vétérinaire contrôle tous les lévriers rapatriés en France.

Prévoir des croquettes de qualité pour grand chien et un panier douillet pour ces merveilleux lévriers. Merci pour eux ! 

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les autres animaux).


  •  
  •  
  •  
  •  

Cet article a 2 commentaires

  1. Carillo antoinette

    Je veux.bien un lévrier..malheureux j.ai 73 ans donc un chien pas jeune j.ai des chiens de garde je vis seule maison sur 4 hectars.il sera heureux. Je suis ok pour payer la somme réclamer mais l.habite 34800 brignac en france je ne peux pas venir le chercher..mon tph 0614885814. Si vous pensez discuter av moi pour des informations supplémentaires

    1. Bonjour Madame, C’est très généreux de votre part et ces chiens sont formidables. Il faut vous mettre en relation avec l’association des Lévriers sans Frontières. Vous avez un lien dans l’article ou vous pouvez trouver leur site sur Internet. Ils organisent des covoiturages pour les personnes qui ne peuvent pas se délacer. Bonne journée et bonne année 2021

Laisser un commentaire