Calicivirose du chat, maladie respiratoire redoutable !

  •  
  •  
  •  
  •  

Calicivirus du chat, une infection respiratoire grave !

La calicivirose du chat résulte de plusieurs souches d’un virus redoutable : le calicivirus félin ou FCV. 

Impliquée dans le développement du coryza avec le réovirus et l’herpès virus félin, cette infection représente 50 % des maladies respiratoires chez le chat.

De forme chronique ou aiguë, l’apparition d’œdème sur la face, d’ulcères et de saignements dans la bouche doit alerter le propriétaire.

Découvrez-en davantage sur la calicivirose du chat dans cet article. 

Comment le chat attrape-t-il la calicivirose ?

Ulcères oraux

© my.msd-animal-health 

Un virus très contagieux :

Le virus se développe dans les voies respiratoires, puis on le retrouve dans la salive, les sécrétions nasales et oculaires, les urines et les matières fécales du chat.

Le virus se transmet entre chats soit par 

 contact direct (nez à nez), soit par contact indirect :

  • dans l’air (par des gouttelettes en éternuant).
  • avec des objets contaminés (couchage, litière, gamelle),
  • par l’intermédiaire de personnes qui manipulent des chats contaminés sans le savoir.

En effet, le virus a une capacité de mutation qui lui permet de s’adapter à n’importe quel milieu (extérieur, intérieur, toutes conditions climatiques et environnementales). De plus, il résiste à certains désinfectants.

L’incubation du calicivirus par les chats contaminés dure jusqu’à une quinzaine de jours. Passé ce délai, les chats atteints peuvent développer la maladie ou demeurer des porteurs sains .

L’infection se développe parfois à la suite d’un stress ou de l’affaiblissement du système immunitaire.

Les symptômes de l'infection

Ecoulement oculaire muco-purulent

Stomatite très douloureuse qui empêche parfois le chat de se nourrir.

© my.msd-animal-health 

Les symptômes les plus visibles :

  • Fièvre élevée.
  • Hypersalivation.
  • Toux.
  • Rhinite.
  • Conjonctivite.
  • Éternuements.
  • Écoulements purulents des yeux et du nez.
  • Stomatite (inflammation de la muqueuse buccale).
  • Gingivite.
  • Œdème de la face.
  • Ulcère sur le corps (queue, coussinet).

Les complications associées aux symptômes :

  • Pneumonie.
  • Jaunisse.
  • Amaigrissement.
  • Chat qui ne peut plus se nourrir et faire sa toilette.
  • Troubles cardiaques et articulaires. 
  • Diarrhée chronique.
  • Avortement.

Le diagnostic de la calicivirose du chat se confirme avec un prélèvement d’échantillon conjonctival, oral, de sang ou de tissu pulmonaire.

Traitement de la calicivirose du chat

le pronostic vital dépend de la souche de la calicivirose, de l’âge (chaton, chat âgé) et de l’état général du chat (immunodéprimé, femelle gestante, etc.).

Toutefois, un chat atteint peut vivre avec ce virus s’il est bien suivi.

 Un traitement symptomatique :

Malheureusement, il n’existe aucun traitement spécifique pour soigner définitivement la calicivirose du chat. Par conséquent, les médicaments visent à soulager l’animal (inconfort et douleurs, freiner le développement de la maladie).

Le vétérinaire peut prescrire :

  • antibiotiques
  • anti-inflammatoires,
  • des stimulants pour renforcer les défenses immunitaires (interférons),
  • pommades ophtalmiques,
  • des bains de bouche et des inhalations pour soulager les plaies et les lésions buccales. 
  • un détartrage et l’extraction des dents infectées,
  • une alimentation par sonde et une réhydratation sous perfusion dans le cas d’un refus de s’alimenter.

💡L’extrait de pépin de raisin est intéressant pour booster le système immunitaire. Une nourriture de qualité premium est nécessaire pour soutenir le chat fragilisé. Utiliser une litière sans poussière (compacte) pour ne pas aggraver les difficultés respiratoires de minet.

Comment prévenir la calicivirose du chat ?

Calicivirus du chat, une infection respiratoire grave

Le vaccin contre le coryza en partie efficace :

Les chatons sont immunisés de la calicivirose du chat par les anticorps de leur mère pendant seulement 3 à 9 semaines. Par conséquent, le vaccin est conseillé. On utilise le vaccin du coryza. Toutefois, il ne protège pas de toutes les formes de l’infection en raison des différentes mutations du virus.

Deux injections sont nécessaires à partir de 8 semaines à 3 ou 4 semaines d’intervalle suivies d’un rappel 1 an plus tard (puis tous les 3 ans).

Les matou-conseils !

Il est possible d’utiliser la phytothérapie, l’homéopathie et l’aromathérapie pour soulager minet. Demandez conseil à votre vétérinaire, car il faut agir au cas par cas selon le traitement donné et le type de la calicivirose.

À lire aussi tous les articles sur Minet

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension pour chien  Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les autres animaux).


  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire