Chien peureux, mieux le comprendre pour l’aider

  •  
  •  
  •  
  •  

chien peureux, mieux le comprendre pour l'aider

Le chien peureux est un sujet de préoccupation pour un maître aimant. En effet, timide et méfiant, il peut refuser certaines interactions avec un membre de la famille ou un congénère, avoir un comportement déconcertant comme « les pipis incontrôlés » ou montrer une forme d’agressivité s’il se sent acculé.

Découvrez dans cet article pourquoi le chien peut être peureux et comment l’aider.

Pour quelles raisons un chien est-il craintif ?

Pourquoi mon chien est craintif

La méfiance, un trait de caractère recherché :

Après avoir domestiqué le chien, l’homme a vite compris que celui-ci pouvait l’aider dans bien des tâches comme la chasse, la garde des troupeaux ou l’assistance aux personnes. De différents croisements et sélections sont nés des races chez lesquelles on a cultivé des traits de 

caractère bien précis, comme la méfiance. 

Il n’est donc pas surprenant que certains types de chien soient naturellement prudents, méfiants, indépendants et peureux puisque c’était le souhait de l’homme. Imaginez un chien de garde qui n’aurait aucune méfiance !

Une sociabilisation primaire insuffisante :

Contrairement à ce que l’on peut penser, être à l’aise dans son environnement, avec d’autres animaux ou dans le monde des humains n’est pas inné chez le chien. C’est pourquoi les premières semaines de la vie du chiot sont capitales pour son équilibre émotionnel futur. D’où l’importance de trouver un éleveur qui prend très au sérieux cette sociabilisation primaire. En quoi consiste-t-elle ?

  • Habituer le chiot à des personnes d’âges et de sexes différents.
  • Confronter le chiot à d’autres espèces d’animaux.
  • L’amener dans des lieux différents.
  • Lui faire écouter les bruits de la maison et l’habituer aux bruits plus inquiétants (pétards, etc.).
  • Ne pas le céder avant l’âge de deux mois pour qu’il apprenne les codes canins avec sa mère et sa fratrie (motricité, contrôle des morsures, soumission, etc.).

La notion de peur apparaît entre 4 et 12 semaines chez le chiot. Privé de sociabilisation primaire suffisante, toute expérience négative s’inscrira dans la mémoire du chiot définitivement, faisant de lui un chien peureux.

Une sociabilisation secondaire négligée :

Lorsque le chiot est accueilli dans une famille, elle doit prendre le relai et poursuivre la sociabilisation sans attendre. 

  • Le présenter à la famille, aux amis, aux voisins.
  • L’habituer aux enfants.
  • L’amener en voiture.
  • Le promener dans tous types d’endroits.
  • Le laisser avoir des interactions avec ses congénères.
  • L’habituer à la routine des soins (nettoyage oreilles, yeux, dents, bain).
  • Lui donner les bases de l’éducation (rappel, marche en laisse, habituation à la solitude, apprentissage de la propreté, cours collectifs).

Le souvenir d’une expérience traumatisante :

Si le chien a par exemple été attaqué par un congénère, il pourra éprouver de la peur à chaque fois qu’il croise un autre chien, car il associera cette rencontre à l’expérience traumatisante qu’il a vécue.

Quels soucis posent le chien peureux au quotidien ?

chien peureux, mieux le comprendre pour l'aider

Lorsque le chien est craintif, il peut adopter un comportement qui sera dangereux pour son entourage et pour lui même.

  • Fugue,
  • Automutilation
  • Recul,
  • Évitement,
  • Tremblements,
  • Poils qui se hérissent.
  • Aboiement en croisant un congénère ou un inconnu.
  • Refus de répondre à l’appel.
  • Refus d’aller se promener (le chien pose son derrière par terre et refuse d’avancer).
  • Impossibilité de s’alimenter ou de boire au moindre changement dans son quotidien.
  • Hypersalivation.
  • Grognements.
  • Attaque.
  • Destruction d’objet.
  • Malpropreté (pipi de joie, diarrhée, glandes annales qui se vident).

Le comportementaliste, une aide pour le chien peureux

chien peureux, mieux le comprendre pour l'aider

Si vous n’arrivez pas à gérer la peur de votre chien et que cela devient un handicap au quotidien, n’hésitez pas à faire appel à un comportementaliste. En effet, en professionnel, il saura vous donner de précieux conseils pour rassurer votre chien.

Comment peut-il agir ?

  • En observant votre chien et en vous posant des questions sur son passé, il déterminera les raisons de sa peur.
  • Il procèdera à une désensibilisation en exposant progressivement votre chien à la raison de sa peur.
  • Il finira par contre conditionné votre chien. Il s’agit d’associer l’objet de sa peur à une chose agréable comme de la nourriture par exemple.

 

Si vous avez le projet d’accueillir un chien, assurez-vous qu’il a été bien sociabilisé par l’éleveur si c’est un chiot. Dans le cas d’un chien adulte, posez de nombreuses questions sur son passé et l’origine de son abandon. Si vous ne vous sentez pas prêt à adopter un chien qui a des séquelles psychologiques, passez votre chemin.

Ne culpabilisez pas, l’accueil d’un chien est un engagement de plusieurs années .

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension pour chien Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les chats).

 

 


  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire