Crise d’épilepsie chez le chien, comment réagir ?

  •  
  •  
  •  
  •  

Crise d'épilepsie chez le chien, comment réagir ?

Hypersalivation, agitation, vomissement, aboiement, manifestation de stress et demande d’attention sont les signes annonciateurs de la crise d’épilepsie chez le chien. Particulièrement impressionnante pour le propriétaire, savoir anticiper et gérer une crise permet une meilleure prise en charge de l’animal.

Découvrez-en davantage sur la crise d’épilepsie, affection courante et complexe chez le chien.

L'épilesie, c'est quoi ?

Crise d'épilepsie chez le chien, comment réagir ?

L’épilepsie chez le chien est une maladie neurologique qui se caractérise par une activité électrique anormale dans une zone partielle ou dans l’ensemble du cerveau. Il y a plusieurs formes d’épilepsie et différents types de crises. 

Les différentes formes de l’épilepsie :

  1. L’épilepsie essentielle ou idiopathique est la forme la plus courante. Elle n’a pas de causes identifiées. C’est la forme primaire de la maladie qui résulte d’un dysfonctionnement du cerveau. C’est pourquoi elle se déclare généralement entre 6 mois et 6 ans chez certaines races de chien prédisposées génétiquement à la maladie. On peut citer le Beagle, le Tervuren, le Labrador, le Golden Retriever, le Colley, le Teckel, le Cocker, le Spitz allemand, le Setter irlandais, le Caniche, le Schnauzer nain et le Saint-Bernard (liste non exhaustive).
  2. L’épilepsie secondaire est symptomatique ou réactionnelle. Par conséquent, elle peut se déclarer à tout âge et chez tous les chiens. Elle apparaît suite à une maladie (tumeur au cerveau, AVC,  traumatisme cérébral, etc.) ou à cause d’une anomalie sanguine qui a des conséquences sur le fonctionnement du cerveau (ingestion d’un poison, insuffisance rénale, problème hépatique, etc.)

Les types de crises :

La crise partielle se déclenche dans une zone localisée du cerveau et présente différentes caractéristiques. Dans ce cas de figure, le chien reste conscient.

  • Tremblements d’un ou de plusieurs membres ;
  • Crispation d’une partie du corps.

La crise partielle peut précéder une crise généralisée.

La crise généralisée touche l’ensemble du cerveau. Le chien a une perte de connaissance et la récupération est lente.

  • Perte de connaissance.
  • Le chien tombe.
  • Apparition de spasmes et de convulsions.
  • Contraction des muscles et pédalage des membres.
  • Mâchoire qui claque.
  • Hypersalivation.
  • Incontinence urinaire ou féca

Quelle prise en charge pour le chien épileptique ?

Crise d'épilepsie chez le chien, comment réagir ?

Le chien doit faire au moins deux crises convulsives pour qu’il soit considéré comme épileptique. 

Le vétérinaire procède par élimination des causes pour déterminer les raisons de l’épilepsie chez le chien. En conséquence, il effectue une prise de sang, une IRM, un scanner ou un électro-encéphalogramme. 

  • Dans le cas de la découverte d’une maladie, un traitement sera donné pour soulager ou traiter la pathologie (nourriture adaptée en cas d’insuffisance rénale, médicament, etc.)
  • Si aucune raison n’est mise en évidence, le vétérinaire conclut à une épilepsie idiopathique. Il prescrira alors un antiépileptique sous forme de cachet à administrer quotidiennement à l’animal malade. En complément, le propriétaire aura à sa disposition une dose de valium à injecter par voie rectale en cas de crise trop longue (plus de 3 minutes).

Apprendre à anticiper la crise d'épilepsie chez le chien

Crise d'épilepsie chez le chien, comment réagir ?

Chaque chien épileptique est différent c’est pourquoi son propriétaire apprendra à reconnaître l’apparition de la crise et son déroulement. C’est primordial pour assurer la sécurité de son compagnon. De plus, une crise supérieure à 3 minutes est dangereuse pour l’animal. En principe, la crise d’épilepsie se décompose en trois phases bien différentes.

  1. L’aura ou moment qui précède la crise. À ce moment-là, le chien sent la crise arriver.

Il adopte alors un comportement anormal (agitation, stress, hypersalivation, vomissement, recherche d’attention).

  2. L’ictus ou déroulement de la crise.  Elle dure entre 2 à 3 minutes. 

  • Avec une phase dite « tonique ». Le chien tombe, cesse de respirer quelques instants et perd connaissance.
  • Puis avec une phase dite « clonique ». Le chien agite les membres dans tous les sens et il est pris de convulsions.  Il bave et souffre d’incontinence urinaire et fécale.

  3. Et enfin la phase dite post ictale ou phase de récupération. 

  • Le chien peut reprendre un comportement normal rapidement.
  • Ou récupérer très lentement. Il est alors désorienté, se cogne partout, perd l’usage de la vue momentanément ou gémit.

Que peut-on faire pour aider son chien ?

  • Lorsqu’il présente les signes de la première phase, conduisez-le dans un endroit calme.
  • Puis éloigner tous les objets qui pourraient le blesser.
  • Préparer des serviettes (ou des alèses) pour nettoyer éventuellement vomissements, salive, urine et selles.
  • Chronométrer la durée de la crise.
  • Avoir à disposition une injection de valium (voir avec son vétérinaire).
  • Restez calme et soyez patient.

Il existe des harnais pour aider le chien convalescent à se relever sans s’abîmer le dos appelé harnais de levage.

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension pour chien Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les autres animaux).


  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire