La truffe chez le chien : spécificités et importance

  •  
  •  
  •  
  •  

Truffe du chien, ce qu'il faut savoir

La truffe chez le chien est un organe complexe et primordial, car l’odorat est son sens le plus développé.

Découvrez-en davantage sur les spécificités et l’importance du nez chez le chien, voie d’entrée d’une multitude d’odeurs.

La truffe du chien ce qu'il faut savoir

Son apparence :

  • La truffe du chien est constituée d’une couche cornée avec un épiderme très épais, sans poils).
  • Des microsillons sont répartis sur celle-ci de façon unique pour chaque chien faisant un peu office d’empreinte identitaire.
  • On distingue deux naseaux pour détecter les odeurs et en déterminer la provenance.
  • La truffe est séparée en deux parties par une commissure médiane latérale appelée pli alaire.

L’un des côtés lui sert à respirer alors que l’autre est utilisé pour la détection des odeurs.

  • La truffe du chien est humide, car elle est recouverte d’un mucus très spécial. En effet, les molécules odorantes contenues dans l’air viennent se dissoudre dans celui-ci et se diffusent ainsi plus facilement jusqu’aux neurones du cerveau.
  • Généralement noire, sa couleur varie du marron en passant par le brun, la couleur ardoise ou le gris.

À la naissance, tous les chiots naissent avec la truffe rose. La couleur définitive s’installe progressivement.

 

Ce que l’on ne voit pas à l’œil nu :

La truffe ou le nez du chien est un système olfactif très performant grâce à différents organes.

  • Une membrane olfactive. Elle capte les odeurs et les transmet directement au cerveau.
  • Un bulbe olfactif qui récolte les informations dans la membrane olfactive.
  • L’organe de Jacobson situé au-dessus du palais. Il perçoit et analyse les phéromones.

Les différentes fonctions de la truffe chez le chien

Truffe du chien, ce qu'il faut savoir

Alors que le chiot naît aveugle et sourd, son odorat est immédiatement performant et il le restera jusqu’à la fin de sa vie. Son nombre de cellules olfactives est 40 fois supérieur à celui de l’humain.

  • Le chien détecte les odeurs en flairant en effectuant une série d’inhalations et d’expirations rapprochées.
  • Dissoutes dans le mucus, puis absorbées par la muqueuse olfactive, les odeurs sont transmises jusqu’aux neurones et analysées par le cerveau.
  • Les chiens au nez allongé ont un odorat plus développé que les chiens au nez écrasé car la zone d’air inspirée en contact avec la muqueuse olfactive est plus importante.

Respirer :

L’air entre et sort par la truffe du chien, ce qui lui permet de respirer. Elle est reliée au pharynx qui fait la liaison entre les voies respiratoires et l’appareil digestif. Celui-ci se contracte et se relâche pour permettre à l’air et aux aliments d’être bien dirigés.

S’orienter :

Rappelons que la vision du chien n’est pas très bonne. Il voit flou de loin. Sa perception des couleurs est plus pâle que celle des humains. Il ne distingue ni le rouge ni le vert.

Par conséquent, le chien dispose de son ouïe pour se diriger (de moins en moins performante avec le temps) et de son odorat.  Celui-ci reste actif tout au long de sa vie, lui permettant de se repérer dans son environnement. Il passe son nez partout lorsqu’il arrive dans un lieu inconnu pour s’en imprégner et le mémoriser.

La truffe du chien, ce qu'il faut savoir

S’alimenter :

Le goût chez le chien est un sens limité. Alors qu’il est sensible au sucré et à l’amertume, il ne distingue pas le salé et l’acidité.

C’est avec son odorat qu’il détermine si un aliment lui plaît. C’est pour cette raison que les industriels fabriquent une alimentation avec une odeur très forte, appétente pour le chien.

Communiquer avec les autres chiens :

Pour faire connaissance, les chiens ont souvent des contacts de nez à nez. C’est leur façon d’analyser les phéromones émis par les uns et les autres. Ils obtiennent alors diverses informations.

  • Âge, 
  • Santé,
  • Sexe,
  • Dominant ou soumis.
  • État émotionnel.

L’odorat du chien lui permet de détecter une femelle en chaleur à des kilomètres alentours.

La truffe de mon chien est-elle en bonne santé ?

La truffe du chien, ce qu'il faut savoir

Une truffe en bonne santé est fraîche et luisante. Toute modification de couleur ou de structure est à prendre au sérieux.

Les pathologies possibles de la truffe :

L’hyperkératose :

Il s’agit d’une production excessive de kératine sur l’épiderme. Elle est liée généralement au vieillissement ou à une prédisposition chez certaines races (labrador). 

Il faut s’inquiéter si les coussinets sont également atteints. Dans ce cas, il peut s’agir d’une atteinte du foie ou du pancréas.

La dépigmentation :

Sans danger, elle est liée au vieillissement, notamment chez le labrador et le golden ou au vitiligo (maladie génétique).

Les chiens nordiques ont la truffe qui s’éclaircit en hiver pour redevenir noire en été. Ce changement est connu sous le nom de « nez de neige ».

Truffe rouge avec des croutes :

  • L’une des manifestations de la Leishmaniose se traduit par des ulcères sanguinolents sur la truffe. Les lésions s’accompagnent d’un abattement et d’un amaigrissement.
  • Différents microbes peuvent provoquer des infections bactériennes qui engendrent des croutes suintantes sur la truffe. Les pyodermites sont cependant rares sur cette zone.

Les cancers :

Le carcinome épidermoïde est le plus fréquent.

Les maladies auto-immunes :

  • Le lupus discoïde.
  • Le pemphigus superficiel.

Ces maladies résultent d’un dérèglement du système immunitaire et se manifestent par des lésions et des croutes sur la truffe.

Pour nourrir une truffe craquelée ou un peu sèche, utiliser de la vaseline ou du Bio Balm.

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension pour chien Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les autres animaux).


  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire