L’AVC chez le chien, une urgence vétérinaire

  •  
  •  
  •  
  •  

AVC chez le chien, une urgence absolue

Bien que plus fréquent à partir de l’âge de 7 ans, l’AVC chez le chien ou accident vasculaire cérébral peut survenir à tout moment dans la vie de l’animal. D’où l’importance d’en connaître les signes pour conduire votre compagnon chez un professionnel dans les meilleurs délais.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur cette urgence vétérinaire.

L'AVC chez le chien, c'est quoi ?

AVC chez le chien, une urgence vétérinaire

L’AVC est le résultat d’un déficit vasculaire causé par un infarctus ou une hémorragie au niveau du cerveau. Alors que parfois certains signes sont annonciateurs, l’accident vasculaire cérébral peut intervenir de façon soudaine et impressionnante.

On distingue deux formes d’AVC.

L’AVC ischémique (infarctus cérébral) :

Il se caractérise par l’obstruction d’une artère. Celle-ci entraîne une mauvaise irrigation du cerveau et la formation d’un caillot. Souvent lié au vieillissement des cellules, il peut également survenir en cas d’hypertension artérielle, de tumeur, d’athérosclérose (maladie des artères) ou de vasculite (inflammation des vaisseaux sanguins).

L’AVC hémorragique (hémorragie cérébrale)

  • Il survient à la suite de la rupture d’un vaisseau sanguin soumis à une pression sanguine trop importante. Dans la plupart des cas, les causes sont une ingestion d’anticoagulant (raticide), une hépatite, une malformation vasculaire ou une vasculite .
  • Un traumatisme crânien peut entraîner un AVC. On parle alors d’AVC secondaire.

l’AVC chez le chien est une urgence absolue. En cas de suspicion d’AVC, il faut se rendre aux urgences ou contactez le vétérinaire de garde.

En effet, les séquelles peuvent être nombreuses. 20 % de chance de survie pour le chien sont perdues toutes les 60 minutes sans prise en charge.

Les symptômes qui alertent !

AVC chez le chien, une urgence absolue

Les signes annonciateurs :

  • Vomissements, tremblements et convulsions.
  • Tête penchée sur le côté.
  • Perte du contrôle de la vessie et des intestins.
  • Regard dans le vague, manque de réaction, désorientation.
  • Démarche titubante avec perte d’équilibre.
  • Mouvements anormaux des globes oculaires.

Les symptômes sans signes annonciateurs :

  • Les membres se raidissent.
  • Le chien est paralysé d’un côté.
  • Il claque la mâchoire sans pouvoir se contrôler.
  • Il se couche sur le côté.

Le caniche, le labrador et le berger allemand ont des prédispositions pour faire des AVC.

AVC chez le chien, les premiers gestes à faire

AVC chez le chien, une urgence absolue
  • Assurer la sécurité du chien en l’isolant dans un endroit calme dans la pénombre.
  • Lui parler tranquillement pour le rassurer.
  • Lui proposer de boire en petite quantité.
  • Garder en mémoire ou noter tous les signes que présente le chien pour aider à sa prise en charge.
  • Contacter un professionnel ou se rendre aux urgences dès que l’animal est transportable.

Ne pas oublier de se munir de son carnet de santé et de tous les documents relatifs à son état de santé pour aider à trouver les raisons sous-jacentes de l’AVC. Tous les détails comptent pour sauver le chien et limiter les séquelles.

Un traitement ciblé pour traiter l'AVC chez le chien

Pour proposer un traitement adapté, le vétérinaire doit connaître toutes les pathologies du chien, car elles peuvent être responsables de son AVC.

Pour confirmer le diagnostic, le vétérinaire procède à plusieurs examens.

  • IRM ;
  • Radiographie.
  • Scanner ;
  • Ponction lombaire.

Aucun traitement ne soigne ou ne protège de l’AVC, il faut traiter la cause sous-jacente. C’est pourquoi le traitement proposé est prescrit pour soulager les symptômes associés.

Quelle convalescence pour le chien après un AVC ?

Les séquelles possibles :

  • Paralysie.
  • Troubles de l’équilibre.
  • Incontinence.
  • Troubles visuels ou surdité.
  • Perte de repère.

Aider le chien pendant sa convalescence :

  • Limiter les efforts (balade, jeu, etc.) ;
  • Laisse l’animal se reposer dans un endroit tempéré et calme.
  • Veiller à ce qu’il prenne ses médicaments.
  • En cas de difficultés motrices, consulter un ostéopathe. La balnéothérapie donne de très bons résultats.

Une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, une vie paisible et un bilan régulier chez le vétérinaire sont les meilleurs moyens pour prévenir les risques d’AVC chez le chien.

Auteur : Lydie Dronet responsable de la pension pour chien Tiques et Puces dans le 44 (visite à domicile pour les autres animaux).


  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire